s'enregistrer Mon compte

Se déconnecter

Alerte roman : Le nouveau nom

Idées cadeaux - Femme07/11/2016

« Je vous épargnerai jusqu’ à ma présence » … Voilà les mots qu’ Elena Ferrante, mystérieuse énigme littéraire, adresse à son éditeur. Après L’amie prodigieuse, l’auteur anonyme prolonge le parcours de ses héroïnes avec frénésie et sensibilité.

Véritable saga romanesque, Le nouveau nom constitue la suite des aventures de Lila Cerullo et Elena Greco, dans le décors Napolitain des années 1960. Après avoir retracé leur amitié d’enfance dans L’amie prodigieuse, c’est leur vie d’adulte qui nous est dépeinte dans ce nouveau tome. Sur fond de critique sociale, le lecteur découvre une belle histoire d’amitié.

La fiction comme capture d'une société de classe

S’il y a un point qui saute aux yeux dans le roman, c’est bien le poids de l'appartenance sociale. Les deux héroïnes issues de milieu modestes ont toutes les deux des façons bien distinctes d’échapper à leur destin, que ce soit en s’émancipant par les études pour Elena, ou par un « bon » mariage pour Lila. Il est d’ailleurs intéressant de voir à quel point cet affranchissement est difficile. Le cas d’Elena est assez significatif ! Malgré des études brillantes qui la mènent jusqu’à l’école Normale de Pise, la jeune fille a beaucoup de mal à se sentir à sa place. À titre d'exemple, elle qui pensait maîtriser l'italien parfaitement, doit corriger son accent trop proche du dialecte napolitain. Il en est de même pour ses vêtements qui sont trop basiques pour son nouvel environnement. C’est toute une violence sociale que l’auteur nous dépeint, sans pour autant en faire une caricature.

La place des femmes, au cœur du roman

Au-delà du fardeau des classes, c’est la condition féminine qui est abordée. À travers les deux héroïnes, Elena Ferrante décrit un monde où les femmes sont doublement oppressées. Si elles acceptent de faire ce qu’on attend d’elles, elles sont alors contraintes de passer leur vie sous la coupe des hommes et d'accepter leur violence. Si elles refusent et font le choix de l'indépendance, elles prennent le risque de ne jamais se sentir complètement à leur place. Que ce soit Lila, qui se voit obligée de faire perdurer un mariage malgré la trahison, ou Elena qui tente en vain de se détacher de ses origines modestes, le combat au féminin est ardu.

Une histoire d’amitié

Devant l’analyse sociale se dresse le portrait d’une amitié indéfectible entre deux femmes. Que ce soit dans les moments de joie, de dispute ou de retrouvailles, cette relation perdure et s’enrichit un peu plus au fil des années. Le tableau de la société Napolitaine en devient secondaire, comme une toile de fond derrière cet amour fraternel. Le lecteur est transporté par les aspirations libertaires des deux protagonistes, qui évoluent avec ardeur dans un monde semé d'embuche. On attend d’ailleurs la suite de la saga avec impatience !

À une époque où la mise en scène de soi est à son apogée, et où la communication passe de plus en plus par l’exposition de la vie privé, Elena Ferrante joue la carte de l’énigme. Ça n’empêche en rien le potentiel addictif de ses romans, qui ne cessent de nous tenir en haleine. Rendez-vous au prochain tome !

par Célia Houdremont

Où trouver ce livre ?

les autres actus

Top